En direct du terrain

25 août 2015

[Vidéo] SEOR : retour sur 5 années de programme

Quelques semaines avant la clôture du Programme LIFE+ CAP DOM, François-Xavier Couzi, Directeur…
24 août 2015

[Vidéo] Bilan Tuit-tuit

Cinq ans après les premières actions du LIFE+ CAP DOM pour la conservation du Tuit-tuit…
21 août 2015

[Vidéo] Bilan LIFE+ CAP DOM pour le Parc national de La Réunion

Après cinq années de programme, Marc Salamolard, Chargé de mission Faune pour le LIFE+ CAP DOM…

Les Petites Montagnes Tortues

une forte valeur patrimoniale à préserver

<media36|right|legende|longueur=300|largeur=150>

Territoire : Guyane
Surface : 25 000 ha
Statuts : Sans protection
Propriétaire : Etat
Gestionnaire : ONF
Biotopes : Forêt primaire sur massif quartzique, avec abris sous roche à coq de roche orange
Usages : Extraction aurifère potentielle ; chasse ; exploitation forestière ; randonnée

Au sud de la Réserve naturelle nationale des Marais de Kaw-Roura, à 15km de Régina, les Petites Montagnes Tortues forment un massif à la géologie exceptionnelle. Le quartzique, roche silicieuse composée de morceaux de quartz qui forment le massif, est particulièrement rare en Guyane, puisqu’elle ne se trouve que dans les Petites Montagnes Tortues et dans les Massifs des Chevaux.

Crique, Petites Montagnes Tortues, Guyane, P. Studer

Cette spécificité géologique apporte avec elle un cortège floristique particulièrement riche avec une vingtaine d’espèces patrimoniales et offre des habitats très attractifs pour la faune. Les forêts basses sur cuirasse, fréquentes sur le massif, sont l’habitat de prédilection du coq de roche orange. Ces forêts formées sur des reliefs latéritiques offrent à cette espèce emblématique les abris sous roche dont il dépend. De nombreux marais perchés présentent également un intérêt biologique et notamment en raison de la présence d’un important peuplement de batraciens.

La forte valeur paysagère et patrimoniale de ce site lui confère un important potentiel touristique. L’Office national des forêts (ONF) l’a d’ailleurs intégré dans un projet de création de sentiers pour relier plusieurs communes avoisinantes entre-elles. Ce développement touristique doit être compatible avec la conservation des espèces menacées comme le coq de roche orange.

D’autant plus que ce dernier est également menacé par des demandes de permis d’exploration et d’exploitation aurifère sur le secteur. En Guyane, l’orpaillage est responsable de la perte de 15 000 hectares de forêts en 16 ans et la pollution d’1/5e des cours d’eau par le mercure. On estime que cette activité engendre le rejet d’au moins 10 tonnes de mercure dans les rivières chaque année. L’exploitation forestière et aurifère en Guyane est problématique pour l’avenir de la biodiversité si elle n’intègre pas la conservation de la faune et de la flore forestières. Car 86% des espèces d’oiseaux pour lesquelles le milieu forestier est primordial ne peuvent tolérer qu’un niveau modéré de dégradation et de perturbation de l’habitat, 45% ayant besoin d’un milieu quasiment primaire.

Il est donc urgent d’identifier et de protéger les biotopes à coq de roche orange.

Mots-clés : Guyane, Petites Montagnes Tortues, Coq de roche orange

Partagez :